Par Amour, de Valérie Tong Cuong, dont on entend beaucoup parler ces temps-ci, est une lecture que j’ai avalée d’une traite.

Un récit passionnant qui en plus m’a permis d’imaginer le vécu de mes grands-parents durant la seconde guerre mondiale, puisque celà se passe dans ma région d’origine.

Par Amour raconte la vie de deux soeurs et de leur famille respective, au Havre, durant l’occupation allemande et jusqu’à la libération de la ville.

C’est un récit captivant, rempli de rebondissements, très bien écrit, avec une belle description des émotions face aux différents évènements que vont vivre les personnages : les séparations (enrôlement des hommes, évacuations des enfants…), les bombardements, les rafles, la maladie et les blessures, la famine et la débrouille, la résistance mais aussi la lâcheté…Le tout sur un bon suspens familial.

Par ce récit, j’ai pu approcher ce qu’ont vécu mes grands-parents durant cette guerre et pendant l’occupation de leur ville. Ils habitaient un autre grand port stratégiue de cette Normandie. Mon grand-père paternel avair fui avec sa famille pour éviter d’être prisonnier de guerre (il y avait des gendarmes dans la famille, 2 ont été faits prisonniers). Leur bateau devait les emener à La Rochelle en zone libre mais compte-tenu des attaques allemandes ils se sont retrouvés en face, à Londres. Il a rencontré là-bas ma grand-mère paternelle qui venait de la même ville et avait trouvé une place sur un bateau de pêcheurs afin de rejoindre les forces du Général de Gaulle à Londres.

Quand à ma grand-mère maternelle, c’est à elle que j’ai le plus pensé durant cette lecture. Peu de temps avant son décès soudain, il y a 16 ans, j’étais allée passer 3 jours chez elle avec mon fils qui avait à peine 2 ans. Elle qui parlait peu de cette époque m’avait raconté sans que je l’interroge sa vie difficile durant l’occupation de la ville. Elle élevait seule ses 4 enfants car s’était séparée de son premier mari « pas clair avec les allemands », allait travailler chaque jour à la Recette des Finances en ayant peur pour ses enfants, a vu un jour le tramway suivant celui qu’elle venait de prendre se faire bombarder, racontait ces allemands qui essayaient d’être gentils, organisaient des concerts dans les kiosques mais que la population ignorait, les repas dont elle se privait pour nourrir ses enfants….

Bref….cette lecture a été pour moi très poignante car elle résonnait très fort.

Une lecture que je recommande aux amateurs de romans historiques.

Belle fin de mardi floconneux !