Rien que le titre donne le ton !

Ce neuvième tome des aventures de Cicéron Angledroit est sorti le 12 octobre mais j’ai eu la chance de le lire avant, ayant acheté le livre à une dédicace (l’auteur habite près de chez moi, on se connaît un peu via Instagram).

Cicéron Angledroit est détective privé en banlieue parisienne. C’est aussi un grand tombeur….il mène ses enquêtes avec l’appui de ses fidèles acolytes Momo et René, respectivement distributeur de journaux d’insertion et rangeur de caddies à l’Interpascher.

 Leur QG, c’est le bistrot de la galerie marchande de l’Interpascher, où ils se retrouvent chaque matin pour le café.

Souvent se joint à eux le Commissaire du coin, Saint Antoine comme le nomme la fine équipe. En douce, Saint Antoine leur refile des petites enquêtes. Et notre détective Cicé a souvent besoin de ses coups de pouce (et de ceux de la jolie jeune adjointe de Saint Antoine…).

Dans ce tome, il s’agit d’une histoire de tableau volé. On se balade entre le 9-4, avec des virées dans 9-1 (chez moi !),  et on vit une intrusion palpitante dans la « Haute » : le 9-2. 

Des personnages et des scènes croustillants à souhait, une histoire bien ficelée, des répliques qui m’ont bien fait rire, bref j’ai passé un excellent moment de lecture. 

Si vous aimez les jeux de mots, le cocasse, vous vous régalerez. J’ai prêté mes premiers tomes à ma maman  qui est devenue fan et m’a fait justement remarquer qu’on était entre le San Antonio et le Nestor Burma. 

Belle fin de mardi !