Voici donc, avec un brin de retard, mon avis sur la seconde lecture que je vous avais proposée pour juin.

Un petit coup de coeur.

Au XVIIème siècle aux Pays-Bas, la jeune Catrijn vient de perdre son mari alcoolique et violent. Peintre amateur, elle a toujours rêvé de fuir la campagne pour faire sa vie en ville.

Alors elle vend sa ferme et se rend à Amsterdam où elle trouve un poste d’intendante dans une famille aisée. Elle assistera sa patronne dans son apprentissage de la peinture. En effet, cette femme dépressive a décidé de devenir peintre bien qu’elle dispose de peu de talent. Catrijn fera même la rencontre de son idole, Rembrandt, dans son atelier.

Mais une dimension sombre du passé de Catrijn va la rattraper, avec l’immersion dans sa vie de son ancien valet de ferme qui la menace de revéler un lourd secret que porte Catrijn. Elle s’enfuit à Delft où elle sera engagée comme peintre dans une faïencerie qu’elle contribuera à developper. Elle fonde une famille, se fait des amis, dont le peintre Vermeer qui aide sa mère à tenir son auberge. Catrijn est enfin heureuse, vit de son art, a une bonne situation. Mais son passé va désespérément la rattraper…

Une jolie plongée historique, beaucoup d’aventure, une plume très agréable, une intrigue bien construite avec beaucoup de suspens, j’ai beaucoup apprécié cette évasion. 

Les scènes de vie dans les tavernes, les intérieurs pauvres ou bourgeois, les scènes de marchés ou de fêtes, les tenues, les paysages de campagne désolée, de canaux, raviront les fans de peinture flamande dont je fais partie. 

J’adore les Pays-Bas et comptais y retourner un de ces quatre. Du coup je songe à une petite virée à Delft, tous les 3 et à vélo depuis Rotterdam qui n’est qu’à 2h de train. On peut visiter une des quatre faïenceries authentiques toujours en activité (j’adore la faïence de Delft, j’en cherche toujours quand je chine).

Et vous, vous l’avez lu, alors ?

Hop cuisine rangée, douche prise, affaires ready pour demain, je retourne à ma lecture en cours ! Douce soirée !