Déjà la fin du mois de juillet, je ne l’ai pas vu passer celui-là.

C’est l’heure de faire le point sur les lectures que je vous avais proposées pour ce mois-ci. Avec aujourd’hui le premier titre proposé,  » danser au bord de l’abîme » de Grégoire Delacourt.

Emma a 40 ans, 3 enfants, est très amoureuse de son mari et réciproquement. Ils vivent dans une jolie et grande maison de tout confort. Emma travaille dans une petite boutique de vêtements pour enfants dans le vieux Lille, plus pour s’occuper, car son mari gagne très bien sa vie avec sa concession de voitures de luxe. 

Emma est cultivée, passionnée de cinéma et d’opéra, se rend à Paris chaque mois pour en faire le plein avec sa meilleure amie.

Un jour, lors de sa pause-déjeûner dans une brasserie, elle tombe amoureuse d’un homme dont le geste de se nettoyer la bouche avec sa serviette l’émeut profondément. Elle reviendra chaque jour dejeûner dans cette brasserie où l’homme vient chaque jour. Ils s’observent, brûlent de désir l’un pour l’autre. Ils se parlent et se touchent à peine qu’ils décident mutuellement de plaquer leur vie familiale pour partir ensemble.

Sauf qu’un coup du destin fera que ce nouveau départ sera très différent de celui imaginé.
On suit alors la chute d’Emma qui va se confronter à la solitude, au chagrin, au rejet de sa famille qu’elle a abandonnée, à la précarité sociale. 

C’est très captivant et bien écrit.  On croise dans l’aventure des personnages secondaires très originaux qui vont beaucoup la soutenir dans sa reconstruction.

Il s’agit d’un roman vraiment intéressant sur les thèmes de l’amour et de son partage, sur la foudroyance et la puissance du désir, sur la loyauté et le renoncement.Toutefois, la manière dont Emma abandonne sa famille m’a vraiment gênée ou plutôt glacée. Et puis le lien permanent dans ld roman avec le conte de La Chèvre de Monsieur Seguin ne m’a pas du tout intéressée.

Çà reste toutefois une très bonne lecture que je recommande.