Yôko Ogawa est une écrivaine japonaise que j’apprécie énormément et c’est toujours un régal de se plonger dans sa plume et son univers. J’ai adoré ces Petits oiseaux.

Le roman commence par une scène où est retrouvé mort un vieux Monsieur, dans sa petite maison traditionnelle du Japon. Ce Monsieur est mort d’une mort naturelle. Il est allongé par terre, recroquevillé, son corps entourant une cage contenant un joli petit oiseau, lui bien vivant.
Le roman va raconter l’histoire de ce Monsieur et nous permettra de comprendre comment il en est arrivé à finir sa vie un oiseau dans les bras.

C’est une très jolie histoire, douce et profonde, celle d’un homme simple, réservé, extrêmement gentil, qui a consacré toute sa vie à soutenir son grand frère autiste, dont il était le seul à décoder le langage très spécial. Un langage proche du chant des oiseaux. 

Ce grand frère autiste était fasciné par les oiseaux et passait beaucoup de temps à les observer dans la volière de l’école maternelle d’à côté. 

On suit la trajectoire de vie de ces deux frères, une vie ponctuée de rituels, de voyages intérieurs à défaut de pouvoir voyager réellement comme l’aurait souhaité le personnage principal.

Après le décès de son frère alors qu’il a environ 50 ans, le personnage principal se consacrera à l’entretien de la volière de l’école maternelle et continuera de mener une vie calme et simple. Mais un jour, une petite fille de l’école disparaît…

Ce roman est magnifique, tendre, un bel hommage à la solitude parfois nécessaire et qui peut permette la construction d’un univers magique. Une histoire remplie de vie, d’amour et de poésie. C’est également un très beau texte sur la différence, le handicap. 

Comme toujours, la plume de Yôko Ogawa, précise, légère, fluide, très poétique, nous transporte dans un univers charmant, calme et apaisant, tout en permettant des questionnements intéressants sur la vie, le monde, la condition humaine. 

Ouvrir un livre de Yôko Ogawa, c’est pour moi toujours un vrai bonheur, un instant sacré, ça se déguste tout doucement comme un bon thé ou une pâtisserie fine, çà fait voyager l’âme et beaucoup réfléchir. J’en ressors toujours un peu transformée.

C’est une auteure que je recommande chaudement aux personnes qui veulent découvrir la littérature japonaise. Je ferai une vidéo sur cette auteure très prochainement sur ma chaîne YouTube.