Gros coup de coeur pour ce roman américain de Joyce Maynard dont je découvrais la plume et l’univers. Je vais je pense me procurer tous ses romans car j’y ai trouvé un condensé de tout ce que j’aime en littérature : profondeur, humanisme, analyse sociétale, personnages crédibles et réalistes, touches d’humour sur fond grave.

Helen est photographe mais est obligée de compléter son activité libérale par des petits boulots car elle s’est ruinée en frais d’avocat pour obtenir la garde de son fils. Sans soutien familial, avec une seule vraie amie sur qui elle peut compter, elle galère. Le soir, lorsque son fils est couché, elle a pris l’habitude de décompresser avec un verre, voire deux, voire plus…

Helen se fait prendre à conduire en état d’ivresse et là, c’est la chute : retrait de permis, retrait de la garde de son fils, obligations de soins, visite deux samedis après-midi par mois à son fils. Desespérée, Helen s’accroche, décide de ne plus jamais boire, se bat pour essayer de maintenir un lien avec son fils qui se renferme et lui échappe.

Lors d’un vernissage où elle fait un extra de serveuse, Helen fait connaissance d’Ava, femme en fauteuil roulant, adorable et charismatique, et de son mari Swift. Un couple très fortuné, fantasque, amateur d’art, très engagé dans des actions caritatives pour les chiens, grande passion d’Ava. 

Ava va s’enticher d’Helen, la prendre sous son aile. Helen, perdue, manquant de confiance, va plonger dans cette amitié qui la flatte mais qui peu à peu l’isole, la rend dépendante. Elle est fascinée par Ava et Swift, leurs objets d’art, leur maison, leur générosité, leurs fêtes démesurées, l’intérêt qu’ils lui portent. Helen se laisse porter par cette relation, qui lui fait du bien. Elle délaisse peu à peu sa meilleure amie et n’hésite pas à répondre à tous les caprices d’Ava. Elle ne pense qu’à récupérer son fils. D’autant que Swift lui a promis de lui payer les meilleurs avocats. 

Bref, une jolie histoire…Mais des doutes commencent peu à peu à s’insinuer dans notre tête de lecteur lorsque Helen se lie à un homme simple et sympathique qui ne semble pas porter Ava et Swift dans son coeur. Helen, elle, ne voit rien et remet plutôt en question cet homme que ses amis méprisent et humilient. Et puis lorsqu’elle présente son fils à ses nouveaux amis, celui-ci est fasciné par Swift qui, lui, fait preuve d’une immaturité débordante. Et tout va déraper.

J’ai adoré ce roman. L’écriture est fluide, les chapîtres courts font monter très progressivement la pression, pour nous amener à un  bon suspens. 

Helen est un personnage très touchant, fragilisée par une enfance difficile, un mariage raté, cultivée, dotée d’un super sens de l’humour, un peu naïve, une super maman malmenée par la vie, qui s’accroche à ce qu’elle peut, n’hésite pas à mentir pour se mettre en valeur, tant elle manque de confiance en elle.

C’est un super roman sur l’amitié, la manipulation, la domination. Un roman incroyablement glaçant car très subtil et réaliste. Un roman qu’on a bien du mal à lâcher tant on veut savoir jusqu’où tout ça va bien pouvoir aller…

Bref, une lecture que je recommande chaudement !