Un très très joli titre, mais qui ne colle pas du tout avec le contenu de ce beau roman de Serge Joncour, paru en 2012.

Et c’est l’unique petit reproche que je ferai à ce roman que j’ai beaucoup aimé, un beau  texte subtil sur l’amour familial et le retour aux sources.

Franck, un caméraman parisien, vient de vivre une séparation et un gros problème de santé. Il ressent le besoin de retourner voir ses parents à la ferme familiale, après dix années d’éloignement et de brouille.

Louise est une jeune femme qui ne se remet pas du décès de son conjoint Alexandre. Alexandre était le frère de Franck, il est decédé dix ans auparavant, on apprendra comment dans le recit.

Louise se laisse porter par la vie, a perdu confiance en elle, à tel point qu’elle a confié son petit garçon de six ans, qu’elle a prénommé Alexandre, aux bons soins de ses ex beaux-parents, à la campagne. 

Louise, chargée de cadeaux, s’apprête à rejoindre la ferme pour retrouver son petit Alexandre le temps de ses congés.

Franck et Louise vont se trouver ensemble à la ferme et renaître peu à peu, sous l’impulsion de la vie d’Alexandre mais aussi de l’amour non dit, mais indéfectible, des parents taiseux. 

Il ne s’agit pas d’une histoire d’amour ici (le titre est trompeur…), mais plutôt d’une histoire d’amour fraternel, de chaleur humaine qui réchauffe et répare. 

C’est très beau, tendre, sans pour autant filer dans le sentimentalisme. Une évasion rurale qui m’a fait beaucoup de bien.