Encore un petit billet lecture, faut dire que je suis très en retard dans mes chroniques littéraires, ce roman je l’ai lu il y a plusieurs semaines. 

[D’ailleurs je songe à complètement réorienter ce blog sur la lecture et l’écriture, ou bien à en créer un autre, j’y réfléchis, on verra]. Bref, zou. 

Dans ce très beau roman japonais, dix femmes racontent Nishino, cet homme à femmes, qu’elles ont aimé, à différentes phases de sa vie. Une étudiante, une femme au foyer, une N+1, une lycéenne…Tour à tour, chacune prend la parole. C’est une structure de roman très originale.

Au travers du récit de leurs souvenirs des moments passés avec Nishino, chacune nous éclaire sur l’histoire et la psychologie de cet homme insouciant, fuyant, qui s’imposait dans la vie des femmes qui l’attiraient. 

Qui était réellement cet homme mystérieux, plutôt sans-gênr, souvent détesté au premier abord, mais qui très vite se faisait aimer et  laissait pour toujours de tendres souvenirs dans la tête de ces femmes ? 

Peu à peu la structure de sa personnalité se laisse effleurer, c’est passionnant. On découvre un homme très touchant au delà de son apparence nonchalante et effrontée, bien différent de l’image qu’il laisse à donner.

J’ai adoré retrouver l’écriture poétique, mélancolique et drôle à la fois de Hiromi Kawakami, que j’avais découverte avec son si beau roman « Les années douces ». Elle a l’art de donner un charme fou aux choses les plus simples, à  transcander l’ordinaire. Cette histoire qui pourrait être ennuyeuse à mourir, sous sa plume douce et fine se transforme en un récit envoûtant qui nous plonge dans un univers doux et original, frôlant parfois le surréalisme, qu’on peine à quitter.

De façon subtile, ce roman interroge sur les apparences, l’identité. Sommes-nous nos actes ou sommes-nous un agrégat de sensations et souvenirs que nous laissons chez les personnes que la vie nous amène à côtoyer ? Passionnant.