Je vois un empire somptueux

À découvrir sur les quais des jardins secrets,

Dans les fourneaux silencieux qu’on allume le matin,

Dans quelque question sciemment frétillante,

Qui renouvèle les rayons des idées profondes éphémères

Et nous entraîne sur le fil ardent du plaisir.

Un caillou est souvent un diadème étoilé,

Un prince aux yeux de biche toujours réjouissant à aimer. 



Et voilà ! C’était ma toute dernière envolée poétique à base de petits mots découpés de-ci de-là. 

Douce soirée ! ⭐⭐⭐