L’inspecteur Franck Dumontel, vedette de la police parisienne, revient sur sa terre limousine natale pour prendre un poste au commissasiat de Limoges.

Sa vie personnelle est compliquée, on sent qu’il a besoin d’un retour aux sources. 

Mais la source va s’avérer être bien moins calme que prévue.
Une série de crimes ultra violents va frapper des hommes sexagénaires du coin, du jamais-vu dans cette région si calme.

Et voilà que le tueur s’adresse directement à Franck, qui va devoir démêler de vieux trucs d’un passé à priori lié au sien.

J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur nous immerge dans sa région natale, dans la ville Limoges et sa campagne environnante, çà m’a donné super envie d’aller découvrir ce joli coin. 
L’intrigue est très bien menée, riche en rebondissements et découvertes, soutenue par une écriture dynamique et limpide, énergisée par des personnages secondaires intéressants et attachants. 
C’est le premier roman de Franck Linol, sorti il y a 10 ans, et qui vient de sortir en poche. Je l’ai découvert complètement par hasard lors de vacances, à l’occasion d’un flânage en librairie pour répondre à une furieuse envie de sang, mais nan, hein 🤣, de roman policier, j’ai toujours envie de lire du policier, en vacances.

Franck Linol a impeccablement accompagné mes vacances en me replongeant dans le monde et l’actu d’il y a 10 ans, sur fond d’attentats londoniens qui ne pouvaient bien évidemment pas arriver en France, de fierté quand on accédait à la 3G, des frasques de la présidence Sarkozy, cela a un peu permis de décrocher de l’actu actuelle.
Le personnage de Franck relève complètement du cliché du flic : vie conjugale explosive, picole durant le service, dépassement total des règles…il m’a plutôt agacée, toutefois j’ai eu l’impression que l’auteur avait fait le choix de forcer le trait pour faire apparaître derrière toute l’humanité et la sensibilité de ce personnage amateur de super bonne musique (on a la même playlist, j’crois bien🙏) et de bons vins, un personnage surtout complètement perdu dans la manière d’attaquer une nouvelle étape de sa vie et d’affronter certains faits inhérents aux prémisses du vieillissement. Du coup, il me tarde de voir dans les autres tomes comment évolue Franck, car à ce rythme, le bonhomme va clairement dans le mur.
L’auteur développe facilement de petites explications pédagogiques sur certains éléments sans aucun rapport avec l’intrigue, j’aime pas trop retrouver ça dans mes lectures, si je veux plus d’info j’aime me renseigner moi-même, ça me coupe l’intrigue si l’auteur me fait un cours et pi cà m’énerve, impression d’être prise pour une buse,  mais bon,  » la cinquième victime » est son premier roman et çà doit être très difficile, j’imagine, de lutter contre ce besoin de tout expliquer, en écriture. 

Mais c’est ponctuel et çà ne gêne en rien la lecture de ce bon polar rural bien efficace, que je recommande vivement aux amateurs du genre.