Boston. Malcolm, veuf trentenaire, tient une librairie spécialisée en littérature policière. 

Quelques années avant d’ouvrir sa boutique, il tenait un blog littéraire. Il y avait notamment publié un billet qui recensait selon lui les « huit crimes parfaits » de la littérature policière, c’est à dire ceux pour lesquels la police ne pourra jamais trouver le coupable. 

Malcolm ne tient plus ce blog, ce billet lui est sorti de la tête.

Or voilà qu’une jeune agente du FBI le contacte. 

Elle pense à un lien entre des crimes ou décès récents, aux procédés très différents, à priori sans lien, sauf pour ceux qui auraient lu le billet de blog de Malcolm. Car les procédés se rapprochent à chaque fois de ceux d’un de ces  » huit crimes parfaits ». 

L’agente du FBI sollicite juste l’expertise de Malcolm par rapport à ses doutes. Mais au fur et à mesure qu’il s’intéresse à ces affaires, Malcolm sent que beaucoup de liens le rattachent à ces crimes et sent  l’étau se resserer.

La tension monte progressivement au fur et à mesure qu’on en apprend sur la vie passée de Malcolm. On finit par soupçonner Malcolm, puis chaque protagoniste de ce roman. Et puis le dénouement final, que je n’ai pas vu venir. Du thriller qui remplit bien sa fonction, donc.

Écriture limpide, immersive, malgré quelques petites longueurs et une explication finale un peu tirée par les cheveux selon moi, ça reste une chouette lecture, je recommande aux amateurs de thriller/policiers américains.